Graphisme architectural à La Défense en 2012

Page d'accueil Paris La Défense Graphisme architectural à La Défense en 2012

J’ai découvert le graphisme architectural lors d’un séjour à New York en 1976.

Mais je n’avais alors comme appareil photo que mon petit Canon 110E acheté sur place et l’obligation de m’allonger parterre pour avoir des perspectives intéressantes de la hauteur des tours de Manhattan.

Devenu photographe pro sur Paris à partir de 1980, j’ai donc découvert le quartier de La Défense et l’histoire d’amour pour cet endroit est immédiatement né. Pour être honnête, j’adore y prendre des photos. Mais je n’aimerais pas habiter dans cette ruche bourdonnante pas assez « village » pour moi. Mais pour le photographe… quel pied !

Tout y est : Les matières minérales et vitrées, les lignes comme des katanas japonais, les oppositions de lumières dures, les couleurs vives et au milieu de tout cela… l’humain (ma 1e drogue).

En jouant avec ces paramètres, je cherche des cadrages intéressants, improbables, pas encore vus, bref le graphisme comme je l’aime. Cela demande du temps car il faut observer les mêmes endroits à des heures et lumières différentes. Le nec plus ultra est de pouvoir incorporer des personnages dans tout cet univers très cubique et froid. Un peu entre le graphisme pur et la « street photography », alors là je kiffe grave !

J’y retourne donc régulièrement. Pour de petites piqûres de rappel de graphisme (ma 2e drogue) et suivre l’évolution constante du lieu. Car ce quartier est en perpétuel ébullition-transformation. J’ai ainsi pu suivre la naissance de certains beaux bébés comme La Grande Arche de von Spreckelsen. (faire liens)

J’avais réalisé en 1986/87 pour l’agence Fotogram-Stone une production d’images avec mannequins profitant des grues du chantier en arrière-plan. Côté matériel photo pour ce genre d’images, tout est permis. Mais l’idéal est tout de même les extrêmes, de l’ultra-grand angle au gros téléobjectif.

Matériel

Je jongle donc entre mes zooms Canon EF 16-35mm f/2.8L III USM et EF 70-200mm f/2.8L IS III USM. Mais aussi un objectif très spécial, le Tilt-Shift Canon TS-E 17mm f/4L ou mon vieux téléobjectif Canon EF 300mm f /2.8L avec un Extender Canon EF 1.4x III ou EF 2X III.

Pour le TS (décentrement et bascule) avec l’expérience j’arrive à travailler à main levée mais pour le 600mm et certaines images nocturnes, il me faut un trépied.

Mon style photo étant très saturé, j’utilise donc des filtres polarisants Marumi et une batterie de filtres Nisi (ND, GND) (https://www.nisifilters.fr/).

Ensuite il y a également toute la post-prod sous Photoshop comme tous les photographes en numérique de nos jours et là… tout est permis… enfin avec certaines limites car si vous voulez vendre en presse régulièrement, il ne faut pas sombrer dans les excès !

Bruno de Hogues dans la presse digitale
www.culture.gouv.fr : « Six architectes en lice pour le Grand Prix national de l’architecture 2018
https://www.culture.gouv.fr/Presse/Communiques-de-presse/Six-architectes-en-lice-pour-le-Grand-Prix-national-de-l-architecture-2018

Succès dans la catégorie

Petite flânerie dans le cimetière du Père Lachaise à Paris

Des personnages historiques y reposent en paix bien que le lieu soit devenu très fréquenté des touristes mais, en fonction des saisons vous pourrez vous y sentir comme seul au monde. Je vous laisse découvrir cette atmosphère si particulière…

au hasard

Le canal Saint-Martin

« Atmosphère ! Atmosphère ! Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère ? » Et bien OUI… car j’ai bossé avec le réalisateur Marcel Carné pour un autre film sur Paris.

Reportage sur les traditions et l’économie du Burundi

Reportage en partenariat avec l’Office de Tourisme du Burundi, Jacques MARION et l’agence GAMMA afin de promouvoir les atouts de ce petit pays en bordure du lac Tanganyika.